Flux RSS

Archives de Catégorie: Poule de labo : j’ai testé pour toi

Testé pour toi : une histoire de fesses avec le Dr Glamour (âmes sensibles (du cul), s’abstenir…)

Cher lecteur, sache que j’ai longtemps hésité avant de publier ce post, car quand même, voila quoi, tout ça, mais bon, on est pas des chochottes….

Alors voila, je vais quand même te parler d’un truc qui arrive parfois quand tu fabriques, avec ton bidou, un joli bébé, tout doux, tout rose, tout mignon, tout choupinou… Un truc qui fais trèèèès mal et dont tes chiennes de copines n’ont pas eu l’idée de te parler au moment où elles te contaient les joies et les bonheurs de l’enfantement : la pathologie des shunts artérioveineux aussi nommée … hémorroïdes.

Et oui, c’est super glamour je sais, chuis comme ça, mais il faut briser les tabous et si je peux te rendre service gentille lectrice (et lecteur également tiens, car à force de rester deux plombes sur les toilettes à lire l’Equipe ou à jouer à la DS, le rectum en chou-fleur te guette toi aussi !!!)
En un mot personne n’est à l’abri, alors n’ayons pas peur, démocratisons les hémorroïdes !!!

Libérez, les hém…. Non c’est bon ayé….

Non parceque, en plus bon, je vous raconte pas ma vie par plaisir non plus, si je vous parle de ça, c’est qu’il nous est arrivé un mésaventure, à moi et mes fesses, à la naissance de mon poussin tout doux numéro 2.
Il s’avère que, juste avant de pouvoir rentrer chez toi avec ton nouveau bébé, tu dois passer une visite de sortie, c’est comme un contrôle technique si tu veux, ils te disent si tu es en état de reprendre la route quoi…
Alors moi, j’attends le docteur et je me dis à moi même (oui ça m’arrive) « ma fille, sois pas idiote, n’oublie pas de parler au docteur de ta pathologie des shunts artérioveineux », parceque dans le cas contraire t’as pas beaucoup d’autres choix que de souffrir et de t’asseoir pendant des semaines sur une bouée, et si jamais y a Julien Lepers à la télé et que c’est l’heure du plateau repas, il en faut pas plus pour que tu te crois en maison de retraite !

J’étais donc bien décidée à ne pas faire ma gamine et à en parler à la dame, en plus elle est gentille, on dirait ma mamie !

Je suis donc confiante, jusqu’à ce qu’entre dans la chambre… le docteur… le plus canon que t’as jamais vu de ta vie !!!

Bonjour Mamie !

Alors là, je me dis encore à moi même (je sais ça devient grave) « bon qu’est-ce que tu fais, tu lui dis et tu as la honte ou tu lui dis pas et tu rentres chez toi avec cette impression que l’équipe du RCT t’es passée dessus ? »

En plus, mon chéri, qui a remarqué la bogossitude du médecin et ma mortification, sort de la chambre au bord du fou-rire, je le maudis…

Sur-ce, je te dirai plus tard ce qui s’est passé ensuite, je dois y aller là …..

Naaaan, je rigole ! Je te raconte !

Le doc me dit d’abord « vous allaitez alors je vais regarder votre poitrine », rooo non c’est pas possible, j’étais vraiment mal.

Il m’examine, me prépare des ordonnances et me demande : « vous avez d’autres questions ? », gloups…

Et ben oui, je me suis lancée, j’avais trop mal (la perspective des 1000 bornes en voiture que je devais effectuer la semaine suivante a été, je pense, déterminante) et je vais te dire, j’ai bien fait, car il m’a prescrit des tas de trucs super efficaces dont de fameuses compresses d’acide hyaluronique qui soulagent miraculeusement !

Moralité, si ça t’arrive, il faut savoir ravaler ta fierté, sans compter que tu seras bien contente d’avoir les fesses toutes réparées et que le docteur Mamour, tu ne le reverras plus jamais, ailleurs qu’à la télé bien sûr !

Tu vois, c’était pas si terrible et puis j’viens de te sauver l’anus, allez de rien !

Publicités

J’ai testé pour toi : le rallye-automobile avec un pare-brise sale !

20120815-162909.jpg

L’autre jour, au camps d’été comme poussinette allait
mieux, j’ai decidé de l’emmener visiter le zoo qu’il y a vers chez nous.

(Ah ouais trop bien cet article woua la classe, passionnant !)

Non mais attends je plaisante, j’ai pas finit !!! Ah c’que j’peux être drôle quand je m’y mets…

Le fameux parc animalier est situé tout en haut du Mont Faron, à 372 mètres au dessus du niveau de ma mère, qui crèche elle-même à 212 mètres d’altitude, c’est dire si ça grimpe sec pour se rendre jusque là-haut !

Et ben, même pas peur, me v’la partie avec les mioches dans ma belle voiture, initialement noire… Oui, je dis ça car elle revêt, ces temps-ci, une couche de poussière jaune des plus esthétiques ( pas ma faute, la faute au sirocco, si madame !)
Et comme, pour ceux qui l’ignore, je sors d’une semaine d’hôpital (pour cause de louloute très malade) j’ai pas franchement eu le temps de remettre du liquide vaisselle dans le réservoir qui lave les carreaux de la voiture… (oui d’habitude je m’occupe beaucoup de tout ce qui concerne notre véhicule, hum hum…)
Du coup, me voilà donc à monter la route, à flanc de précipice (tiens c’est joli, ils ont mis des fleurs à chaque virage !) avec un pare-brise tellement crado que j’ai l’impression qu’il neige !
Heureusement que j’ai mes lunettes de soleil, aurais-je pu alors déclamer, soulagée. Sauf que, mes binocles, certes, limitent les dégâts quand j’ai le soleil de face, mais elles sont aussi tellement rayées que tu te croierais au milieu d’une bataille intergalactique !
Le mieux pour moi a donc été de fermer les yeux dans les virages, naaan je déconne !
Bon, on est bien arrivées finalement, je te rassure !

Le zoo en question est une fauverie, y sont reproduits et élevés des animaux très rares comme le serval ou des tigres énormes qu’on approche à 50 cm… Impressionnant, enfin pour moi et la plus petite (grrrr, grrr, qu’elle faisait), car le seul cri de joie qu’a poussé ma grande résonna ainsi : « oh maman, y a des poules !!! »
Non mais wouaou !!! Des poules tigrées, des poules du Bengale ?
Non, des poules toutes pourries avec des ailes tordues, que si ça se trouve, elles sont là que pour nourrir les jaguars !!!
C’est bien la peine de l’emmener sur le toît du monde, non mais j’te jure ! J’étais dépitée, sans compter qu’une saloperie de hyène s’est moqué de moi !
Quand je vois comment Maman puma prend ses petits dans sa gueule, par la peau du cou, ça moufte pas, j’te le dis, ça te fais réfléchir sur ton autorité !
Ça donne des idées mais bon, j’aurais jamais la mâchoire assez grande, c’est sûr… alors j’ai juste répondu « oh oui ma chérie tu as raison, qu’est-ce qu’elles sont jolies ces poules », parce qu’après tout, c’est bien connu, moi aussi j’aime bien les cocottes !
😉

Prise de bec et vol dans les plumes…

L’autre jour, Poulette s’est fait une keupine…ou pas …

Dans la vie, je suis plutôt respectueuse des lois et autres règlements, je ne dépasse pas ( trop) les limitations de vitesse, je ne vole pas dans les magasins (trop la pétoche du gros monsieur à l’entrée, celui qui écoute Rire & Chansons dans son oreillette…) et, si par mégarde, il m’arrivait de trouver le sac Prada de César, je ferais tout pour pouvoir le lui restituer.

Bref, je suis une fille honnête moi, Mâdâme !

« Contemnite dolorem : aut soluetur aut soluet ». De rien.

 

Mais à côté de ça, sans être pour autant anarchiste, il y’a des trucs qui me foutent en boule du genre : l’ethylotest obligatoire, qui sert à rien du tout paske ceux qui conduisent chiffon ils le savent bien qu’ils sont éméchés, c’est pas de souffler dans un bignou qui leur en fera passer l’envie de rentrer chez eux ( » Oh la vache j’ai soufflé trop fort ça me tourne la tête je vais pas prendre le volant, ça non »)…  Hadopi aussi, ben oui faudrait pas donner trop de sous à Johnny, après il va pas payer ses impots ! Ou encore devoir donner pas moins de deux pièces d’identité pour avoir le droit de payer par chèque son nouveau matelas (vécu !)
Bien dormir, ça se mérite, luat in corpore qui non habet in aere, ben ouais.

Alors l’autre jour, vois-tu, me suis un poil mise en rogne …
Bouge pas, j’te raconte !

décor planté

décor planté

 

Il était une fois mon bébé se faisant allègrement dévorer par de vilains moustiques tigres (les orange et noir avec de grandes dents), qui se croyaient en open-hour à Ibiza sur ses petits jambonneaux potelés, samère les putanis.
Ni une, ni deux, faut pas m’chercher,  je fais un saut chez Mammouth pour lui acheter un petit bracelet anti-bébêtes. J’ai juste cinq minutes pour trouver ce que je cherche et repartir à l’hôpital où est soigné l’amour de ma vie (pas le grand balèze poilu qui laisse trainer ses chaussettes partout, l’autre, la petite qui parle tout le temps…) Ne trouvant pas le bracelet sus-mentionné et ayant promis à ma puce effrayée que je serai là pour son écho cardiaque,  je décide de quitter le magasin au plus vite, par la caisse se trouvant en face de la porte de sortie, plutôt que d’aller jusqu’à la sortie sans articles, située, elle, à l’entrée du magasin (ce qui est en soi très logique, tu me suis ? la sortie à l’entrée… non tu vois pas ? Tant pis pour toi… ), manipulation qui te fait parcourir le magasin dans un sens, sortir, puis retraverser le magasin dans l’autre sens. Bref la porte est en face de moi, il y a un portillon anti-vol, je vois pas le problème, « pardon madame je veux juste sortir. »

– « NON », qu’elle me dit, la charmante hôtesse de caisse péroxydée.
– « Désolée mademoiselle, mais je suis très en retard, si vous le voulez , regardez dans mon sac (qui n’a par ailleurs pas sonné) que je n’ai rien volé. »
(Tu me diras si elle l’avait fait elle aurait pas été déçue, entre les couches, les cotons, les cuillères, les tourne-vis, les pinces à linge, les pompotes périmés…)
– « C’est pareil, c’est non. Vous sortez de l’autre côté c’est le règlement.  » qu’elle m’ordonne.
Oo
Le règlement …???
Bon, j’avoue que le ton de « Maitresse du Donjon Mammouth sur le point d’user de son fouet clouté » qu’elle a employé doit y être pour beaucoup dans ce qui s’est produit ensuite …
(le fait que ma fille soit à l’hosto, branchée de partout, aussi…)
Hop hop,  je lui fais mon plus beau sourire Ultrabright et lui répond en ces termes : « Quoi quoi ? C’est à moi qu’tu t’exprimes ? »    » Chère madame, le règlement, voyez-vous, je m’en tape royalement le coquillart, car il s’avère que moi je ne travaille pas ici, et pour cause vu que je suis …une cliente ! Cliente qui laisse accessoirement dans les trois millions de dollars par semaine dans votre magasin ! Par ailleurs, avec mon short et mes tongs, je ne suis visiblement pas venue commettre le casse du siècle mais je veux simplement sortir d’ici et, si ça vous plaît pas, vous n’avez qu’à me faire arrêter pour sortage de supermarché prohibé. » Alea jacta est !

Sur ce, je passe tranquillement le portillon et me casse de là, l’entendant ronchonner dans mon dos avec la mémé d’a côté qui, bien entendu, était bien d’accord avec elle sur le fait que c’est pas possible de voir ça si au moins Sarko était repassé des choses comme ça n’arriveraient pas c’est un scandale j’vous le dis moi de mon temps………

Elles devaient être encore à jacqueter que j’étais déjà rendue à l’hosto !

Festinatio justitiae est noverca infortunii ( = ispice di cagole, va !)

J’ai testé pour toi : faire de la Mini sans soutif !

Tu connais certainement Bridget Jones, la reine des gaffeuses, et bien je suis son homologue français, oui je fais pas mal de bourdes et il m’arrive bien souvent des aventures sciences-fictionnesques.

Cette histoire-ci commence le jour où, il était une fois, mon amoureux décide de doter notre royaume d’un nouveau carrosse : une très  jolie Mini Cooper de 1989,  rouge et blanche et minuscule et tout ce que tu peux avoir d’inclus dans un package « ancienne Mini ». Me voilà donc toute réjouie par ce joli cadeau, vintage à souhaits, mais aussi méfiante,  rapport au commentaire que vient de me faire chéri :

– « Tu vas voir ça se conduit comme un kart ! »

–  « Ah bah chouette parce que moi, le kart, j’ai une sainte horreur de ça « …

Mais bon passons, faisant fi de mes a priori (et choisissant pour une fois d’arrêter de râler) me voilà décidée à tester ce vaillant véhicule. J’enfile donc une robe de plage, à bustier (détail capital à l’intrigue de cette histoire puisqu’il justifie le fait que je ne portais pas de soutif, car non, ne t’emballe pas, je n’ai pas pour habitude de me trimballer gaiement et sifflotant à travers tout le Nord Cotentin (à l’époque) sans sous-vêtements, non j’te dis). Je pars donc, pique-nique  sous le bras, sac de plage à l’épaule, seau-pelle-râteau au bout des doigts, clefs de voiture entre les dents …j’enclenche la clef dans le biniou et la Mini démarre, avec le starter à fond certes, mais sans encombres majeurs. Et me voilà, roulant cheveux au vent sur les petites routes menant à la plage, après avoir, bien entendu, fait demi-tour pour chercher mon enfant, je savais bien que j’avais oublié quelque chose… Et là, je prends toute la mesure de la gravissime erreur que j’ai commise : la Mini ça secoue comme un prunier, si bien qu’à chaque nid de poule ou infime défaut de la chaussée, nous poussons, poussinette et moi, des cris, elle de joie (ouais encore le manège !) et moi de douleur (ailleuhhh pourquoi j’ai pas mis de soutif ?!!!)

Tout cela sans compter qu’au retour, au passage du dernier dos d’âne avant la maison (et Dieu merci, pas au bout du monde, là où le téléphone ne capte pas et que même ton réseau passe chez les angliches !) au passage du dernier gendarme couché donc, la roue avant droite s’est tout bonnement décrochée de la voiture, nous laissant lâchement posées là !

J’ai mieux compris le pourquoi du comment de cet incident en entendant l’explication, finalement très logique, de Mister Coq « ah ben voilà où il allait cet écrou ! »

Non à part ça la Mini, c’est une voiture qu’elle est bien pour la conduire (même si après t’as les mains qui vibrent), les autres conducteurs de Mini te font des signes, comme les motards, lorsqu’ils te croisent et quand tu veux accélérer un accouchement qui tarde, un p’tit tour en Cooper sur les pavés et le tour est joué !

(Enfin là, je fais la maline mais un jour je te le raconterai mon accouchement de 35 heures !)

 

J’ai testé pour toi : changer le joint de la baignoire !

 

 

En cette journée ensoleillée, et comme c’est la grande mode du DIY (« do it yourself » pour les incultes, « fais le toi-même tout seul » pour les analphabètes (oh ça va j’rigole !), bref je sais pas ce qui m’a pris, j’ai décidé de m’attaquer aux joints, tout pourris tout noirs tout moisis, qui entourent ma baignoire, par ailleurs très correcte.

Comme une envie pareille ne risquait pas de me reprendre aussi souvent que la pluie à Cherbourg, ni une ni deux, je finis mon vase de café, enfile mon boom boom short de bricol’girl et m’empare de ma boîte à outils.


Puis, équipée des ustensiles indispensables à un tel chantier : un cutter et une brosse métallique une paire de ciseaux et un machin en ferraille, trouvé dans un tiroir, je m’attele d’abord à enlever tout le vieux silicone. Opération fastidieuse qui m’a pris une bonne demi-heure (et qui aurait été bien plus rapide avec du produit servant à ôter les joints, certes, mais on est une warrior ou on l’est pas !)

Cette opération terminée, j’ai ensuite bien nettoyé les contours à l’eau de javel, histoire de tuer les vilains microbes tout dégueux qui s’étaient mis en planque dans le coin . 

Jusque là, tout allait bien…

Parce que oui, après, les choses se sont méchament corsées… (mais non, je me suis pas fait une tartine de brocciu ! )

Bien décidée à faire du bon boulot, me voilà armée jusqu’aux dents d’un FAMAS à silicone blanc dernier cri, obtenu au marché noir (de monde) là où « Y a tout c’qui faut ». Et là, les ennuis commencent, je trace un beau trait de pâte blanche, bien droit mais bien trop épais !
Du coup, comme ils disent sur le tube, je passe mon doigt mouillé tout du long pour lisser et faire une ligne bien propre.

Ben tiens ! Ça déborde de partout et en plus ça s’enlève par endroits, transformant mon beau trait en immonde pâtasse !

Je décide alors de me laver les mains et d’en remettre histoire de combler les trous, je les passe donc sous l’eau, mais pas moyen d’enlever la pâte de mes doigts, ça s’étale et ça colle… La tension monte, d’autant plus qu’en ouvrant le robinet avec mes mains toutes sales, j’ai foutu du silicone partout ! Je me saisis du tube pour découvrir à la lecture, certes un peu tardive, du mode d’emploi, que ce satané produit ne se nettoie pas à l’eau mais …au white-spirit, produit fort utile que, bien entendu, je ne possède pas chez moi !!!

Je commence alors à paniquer, me croyant perdue à jamais, quand je me souviens tout à coup du pot rempli de white, dans lequel trempe un vieux pinceau (depuis environ 6 mois). Je me précipite pour l’attraper, faisant au passage tomber le pistolet de silicone par terre éclaboussant ainsi le carrelage qui n’avait rien demandé à personne. Je retire le pinceau de sa piscine, m’y trempe les doigts puis les rince sous l’eau. Ouf ! Je peux désormais reprendre mon lissage où il en était et repasse mon doigt tout du long pour le parfaire.

Sauf que… (oui je sais c’est palpitant !!!) le white-spirit ayant dilué la peinture du pinceau (ce qui est, admettons-le, sa fonction première, j’aurais donc du mal à l’en blâmer, mais quand même p***£++ !!!!) il s’est transformé en purple-spirit imprimant à mon doigt, et donc à mon joint, une belle couleur violette !

J’espère que tu n’es pas en train de te moquer, car là il faut bien dire que j’étais vraiment dépitée…

Mais bon j’ai tout de même réussi, après une deuxième tentative, à obtenir un truc à peu près potable et surtout BLANC , le violet c’est tendance je sais mais faut pas déconner, je pense que mon pacsounet m’aurait bien engueulée, avant ou après s’être bien foutu de moi  (sans parler de la proprio, qui n’en a rien à carrer de la « tendancitude décorative » © (oui, j’ai déposé un copyright sur cette expression, n’essaie pas de me la chiper !)

Au final, il reste juste un petit trou de rien du tout, à l’endroit où j’ai mis mon doigt pour vérifier si c’était sec et que ça ne l’était pas, mais sinon je suis pas peu fière de moi, même si la prochaine fois, j’appelle Bogdan, le plombier polonais !

J’ai testé pour toi : l’oeuf aux hormones et le savon radio-actif…

Aujourd’hui parlons vert, environnement, planète en décrépitude, tout ça quoi, et surtout de l’impact de toute la connerie humaine sur nous et nos poussinoux.

 Attention hein, quand je dis connerie humaine je ne m’exclue absolument pas car, oui, moi aussi (ceux qui me vénèrent sont ici priés de sauter ce passage, rendez-vous plus bas !) je pollue, ben oui , je prends ma voiture pour aller faire les courses, chercher ma fille à l’école etc… Je pourrais prendre mon vélo bien sûr, sauf que tu m’as pas vu faire du vélo et si je te montre mes genoux, tu verras que, moi, à vélo, je tombe. Alors rien qu’à m’imaginer roulant, avec un bébé de 10 mois sur le porte-bagage, sur la nationale menant à l’école de la grande, j’en ai des suées. Sans compter qu’après, ça fait deux mioches à ramener, soit 25 kilos de barbaque, et là ça relève du cirque Pinder (c’est con, j’ai jeté mon justaucorps quand j’avais 9 ans). Tout ça pour dire – oui parce qu’en fait j’avais pas prévu un billet sur le vélo non plus – que je suis bien obligée de prendre ma voiture, pas le choix.

Poulette revient du Leclerc.

Ça y est, toi qui me vénère (mais non pas « toi qui me vénèr », t’inquiète pas !), tu peux reprendre ta lecture ici !

Non, si je partage avec toi ce modeste tapuscrit (si ça existe, c’est nul comme mot je sais, mais ça existe !) c’est parce que, entre ce qu’on avale, ce qu’on respire et ce qu’on se tartine sur la peau, je trouve que ça fait froid dans le dos, je suis même étonnée qu’on brille pas dans le noir ou qu’on fasse pas griller les ampoules quand on passe à coté !

Surtout moi, qui adore regarder les plats tourner dans le micro-ondes !

Alors oui, vu que, comme toi, je suis une maman parfaite (oui oui, les gars, vous êtes parfaits aussi, pardon !) j’essaie de faire attention à ce que j’achète pour les poussins : j’évite depuis toujours le bisphenol, enfin interdit, les phtalates, paraben et autres perturbateurs endocriniens pourris, j’évite aussi les graisses végétales hydrogénées et les E3872 que les gentils fabricants, concernés par notre santé, se sentent obligés d’insérer dans tous les trucs qu’on aime. Le problème, c’est que quand tu fais attention à tout ça,  tu passes des heures à lire les étiquettes, sans oublier qu’il vaut mieux avoir pris l’option chimie nucléaire au Bac pour y entraver quelque chose !

Je sais, tu vas me dire que je n’ai qu’à acheter du Bio et c’est ce que j’essaye de faire, mais il faut dire que tous ces produits « sans ceci » et « sans cela » coûtent, malgré tout, plus cher que les autres, moins y a de trucs dedans, plus c’est cher, c’est l’jeu ma pauvre Lucette…

Alors j’ai décidé de commencer par faire un potager, même si la pluie qui tombe dessus traverse le ciel pollué, on s’épargnera pas mal de pesticides (et en plus les tomates du jardin sont bien meilleures que celles qui poussent en Espagne sur un sol synthétique sans un gramme de terre ! La preuve, poussinette appelle les tomates du jardin des VRAIES tomates, CQFD).

On n’arrête pas le progrès !

En bref, (non, je ne suis pas pessimiste, je vois tout en noir c’est tout) je trouve qu’on est pas aidés et que, faire des recherches pour soigner le cancer, c’est très bien, mais essayer d’en trouver les causes et de les supprimer (tant que faire se peut) ce serait pas con aussi, enfin moi j’dis ça, j’dis rien…hein Monsieur le nouveau Président… (bien sûr que si, François Hollande lit mon blog, quelle question !)

Et vous, vous faites attention à tout ça ? Vous avez vos astuces (Amap ou potager bio..) ou alors vaille que vaille, à vous le coca aspartamé et les chips insaturées ?

Le rêve : un coloriage géant !

Salut les coco(ttes) !

Je ne sais pas vous mais ma poussinette à moi est encore en vacances et ça, et ben pour moi c’est pas des vacances, ça non !

Il faut les occuper ces petites choses là, préparer moults goûters, jeux et promenades, et quand, pour couronner le tout, il fait un temps de chiottes, il y a du débulbage capillaire dans l’air !

Ce qu’elle aime ma poussinette, c’est faire des dessins, des coloriages et autres peintures avec pinceaux ou sans !

Elle fait de beaux tableaux où sont représentés papa, maman et elle quand elle était bébé, ce qui lui permet de ne pas dessiner sa petite sœur qu’elle trouve bien encombrante, elle m’a même déclaré « tu sais Maman, si j’avais pas de petite sœur je serais plus tranquille ! », certes…

Bref, des dessins, j’en ai deux tonnes cinq à la maison et le problème majeur, c’est que je DOIS les accrocher et, à ce rythme, c’était pas la peine de se casser le fion à mettre du papier peint à la maison ! Quant au frigo, on en voit plus la couleur, tout recouvert qu’il est par des maisons volantes et autres plages et baleines arc en ciel !

Art abstrait

Art abstrait !

Mais aujourd’hui, regarde un peu ce que bibi a découvert en faisant du surf sur l’internet mondial !

J’ai trouvé ça sur le site OMY dont tu connais peut-être déjà les affiches, par ailleurs très sympa.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il s’agit, si j’te jure, d’un rouleau de coloriages de 3 mètres de long, rien que ça !!! En plus le design est vraiment très chouette, mêlant dinos, papillons, châteaux, camions…autant dire qu’il plaira autant aux poussins qu’aux poussinettes !

Tu peux le mettre soit par terre, soit sur une table genre « la nappe avec laquelle tu passes enfin un repas pénard » ou alors carrément au mur de sa chambre genre »trop de bonheur de pouvoir écrire sur les murs alors que d’habitude c’est trop nul on a même pas le droit ! », ce qui d’ailleurs n’empêche pas ma chipie de le faire tout de même puisque je découvre, égrainées par-ci par-là, de jolies petites fleurs dessinées derrières les portes, à sa hauteur, même si bien sûr c’est pas elle !

En plus je suis sûre que tu ne vas pas pouvoir t’empêcher de colorier toi aussi un p’tit robot par-ci, un petit arbre par là, pour montrer à ta progéniture comment on fait pour ne pas dépasser bien sûr ! (on va pas croire que ça va t’amuser hein !)

C’est aussi un objet qui peut, personnellement je trouve, être THE cartouche à sortir lors d’un anniversaire, tu sais celui où tu as, folle que tu es, invité quinze gamins un jour où il flotte et que tu ne sais absolument pas quoi faire pour les occuper !

Bon par contre, c’est vrai que c’est pas franchement donné, 34 euros le rouleau de 3 m x 90 cm, mais aux vues du nombre de ramettes de papier A4 que m’a déjà écoulé ma fille, je pense qu’on rentre vite dans ses frais !

Alors, bon c’est vrai, j’ai pas encore testé pour toi, mais je crois bien que je vais le faire de ce pas !