Flux RSS

Archives de Tag: cuisine

La fabuleuse histoire du lapin à la moutarde qui se prenait pour un poulet.

Je vais aujourd’hui te raconter la mésaventure qui est arrivée à l’une de mes bonnes amies, que nous appelerons Lucette puisqu’elle souhaite préserver son anonymat, tu comprendras aisément pourquoi au fil de ta lecture.

11h44 – vite ma puce, va me chercher le bac de glaçons et les granules d’arnica, dit-il, catastrophé.

STOP, retour arrière, flash back…..

L’autre jour, mon amie donc, faisait les courses au supermarché du coin, errant comme un âne en peine dans les rayons, à la recherche d’une brillante idée de bon petit plat à mitonner pour sa famille.

Il faut dire qu’avec un partenaire de pacs qui se refuse à avaler quoique ce soit qui ait la couleur verte et une grande poussinette qui aime « les nouilles, les pâtes, les pasguetti et c’est tout ! », elle était bien mal barrée ! Heureusement que la petite dernière sauve l’honneur puisqu’elle ouvre le bec sans même regarder ce que tu lui donnes ! (C’est d’ailleurs dangereux, je me dis qu’il faudrait lui apprendre à ne pas manger les boulettes de viande empoisonnées que pourraient lui lancer d’éventuels cambrioleurs par-dessus la clôture !!!)

Bref, affalée sur la barre de son caddy, mon amie arrive au rayon de la viande et aperçoit, en promo qu’elle aubaine, une caissette… de cuisses de lapin.

Tiens pourquoi pas, se dit-elle, je n’en ai jamais fait, c’est light, ça changera, j’aurais qu’à dire a ma fille que c’est du poulet (et pas du lapinou tout choupinou…), de toute façon dès qu’on lui donne de la viande, elle demande « c’est quoi comme poulet ? »

Allez, c’est décidé, demain midi ce sera Cuisses de lapin à la Moutarde, miam !

Sur-ce, la famille étant invitée le lendemain, la caissette file au congélo, attendant de passer à la casserole.

Dimanche suivant, 10h30, mon amie sort la barquette du congel et la passe au micro-ondes.

A mi-décongélation, elle regarde le plat qui tourne pour voir ou en est le travail, et là, elle voit passer devant elle, tel un mouflet sur son manège, une tête… avec deux quenottes…

Et oui, tu l’auras deviné, la promotion portait donc sur un lapin ENTIER.

Elle n’eu pas d’autre solution que d’appeler Tarzan à la rescousse pour qu’il se charge d’enlever les morceaux gênants. Avec l’air satisfait de l’homme des cavernes ne faisant que son job, il s’exécute, prend un couteau géant (genre le même que dans Psychose) et d’un coup sec, tranche la tête du lapin/poulet.

A ce stade de l’histoire, je me dois de préciser, pour ma sa défense, que mon amie est une fille de la ville et que, de surcroît, elle était en hypoglycémie de stade 7.

10h40 – oh la la t’as vu y a même les poumons et le foie !

10h42 – chouchou ? T’es la ?

10h43 – papa, pourquoi maman elle est tombée par terre ?

11h44- vite ma puce, va me chercher le bac de glaçon et les granules d’arnica, dit-il, catastrophé un sourire narquois aux lèvres.

11h47, après avoir retrouvé ses esprits, mon amie a pu terminer sa recette, chéri ayant gentiment tout coupé en petits morceaux méconnaissables.

12h30 – il est trop bon maman ton poulet !
              – oui c’est super bon chérie, tu es sûre, tu veux vraiment pas goûter ?

Moralité à la Maître Yoda : les étiquettes de ce que tu achètes, avec plus d’attention tu regarderas !

That's all Folks! ©

Publicités

Rom pomme pomme pomme 2, le retour, la suite quoi…

A la demande générale, et après réception de nombreux courriers d’innombrables fans en délire suite à mon article sur le Willy Waller Two Thousand Six, euh non c’était un épluche-pomme professionnel stainless steel, et aussi parce que je m’en suis toujours pas remise de tellement qu’il est trop bien mon éplucheur de pommes, voici une petite vidéo qui te montrera comment qu’il est trop bien mon éplucheur de pommes !!!

Je sais que t’en reviens pas, mais si, la voilà, la démo en direct live qui vient compléter mon billet précédent que si tu l’as pas lu (la honte interplanétaire sur toi et toute ta famille !!!), tu peux le retrouver en cliquant ICI !

Allé, profite !!!

(post scriptum de cagole : tu vas voir le trop beau vernis que j’avais mis sur mes ongles !!!)

Alors alors ? Ouais, je sais c’est vraiment à couper le souffle (en plus des pommes !)

(je t’ai, par ailleurs, épargné la vidéo où je me pèle le doigt, c’est trop horrible je t’aime trop pour t’infliger ça…)

Allez, la prochaine fois tu viens le voir en vrai, et j’te ferai un crumble, mais là, je te préviens tu frôles la crise cardiaque…

Comme les rois mages, en Galilée, suivaient des yeux…bref j’aime la galette !!!

Comme tu le sais sûrement – sinon tu es aveugle c’est clair, vu que les commerçants essayent de nous vendre des galettes depuis début décembre déjà ! – c’est l’épiphanie, fête chrétienne qui célèbre le Messie venu et incarné dans le monde et recevant la visite et l’hommage des Rois mages…Ouais t’as raison on s’en tape, l’important c’est la galette !!!!!!!

Alors voilà, pour faire la nique à cette société de consommation pourrite et à ces vendeurs de galettes pas bonnes pleines d’huile de palme et de E quatre-cent-vingt-huit-mille, je te propose cette année de faire toi-même ta galette, SI !

Voici donc une recette en provenance du blog bien sympa de SML Cooking Sisters, parce que bon, je suis pas non plus une pro du gâteau, ben non non, je sais tu es déçu(e) mais c’est comme ça… (bien sûr là je fais la modeste, en vrai je suis une bête du rouleau à pâtisserie tout le monde le sais hahaha)

J’espère que ça te plaira, et surtout, fais comme moi, n’oublie pas de mettre deux fèves ! (déjà que je l’ai jamais mais maintenant que j’ai des poussins, je suis obligée de leur donner, l’air de rien, merde !)

Ok ok je me tais, voici donc leur recette qui donne l’eau à la bouche et qui, en plus, t’apprendra à faire la pâte feuilletée !!!

(si, comme d’hab’, tu fais la feignasse passe directement à la partie frangipane 😉 )

Allez bon ap’ !

Et surtout, avant de commencer à cuisiner clique là-dessus !

Galette des rois à la frangipane

Pour la frangipane :
125g de sucre
125g de beurre mou
2 œufs
2cl de rhum
Extrait de vanille
150g de poudre d’amande

Pour 950 g de pâte feuilletée (recette tirée de “encyclopédie, toute la cuisine ” chez Delta 2000). On peut faire la pâte soi-même, mais il faut s’armer de courage et de patience… (et ne pas avoir le tournis !) Sinon, on peut aussi acheter de la pâte feuilletée toute prête !!
500g de farine
450g de beurre
10g de sel

Préparation de la détrempe :
disposez sur le plan de travail la farine en couronne (fontaine). Mettez-y le sel, 26cl d’eau froide et 150g de beurre. Mélangez sans trop travailler. Faire une boule de l’ensemble et laisser reposer 10 à 15 minutes. Tourage : le tourage consiste à incorporer le beurre à la pâte d’une façon bien particulière. Etalez la détrempe en écrasant avec le rouleau les bords de façon à former une sorte de croix dont le centre est plus renflé. Sur cette partie bombée, disposer le beurre et donner quelques coups de rouleaux sur le beurre afin de le ramollir. Replier les quatre angles de pâte sur le beurre pour obtenir un “pâton”. Reprendre le pâton, l’abaisser en une bande rectangulaire qui doit être trois fois plus longue que large. Replier cette bande en 3 parties comme on le ferait pour plier une serviette. Le premier tour vient d’être fait (Ouffff !) Pour le deuxième tour, faire tourner le pâton sur lui-même d’un quart de tour, l’allonger comme pour le premier tour. Le replier en trois. On dit que la pâte a deux tours. La pâte doit reposer 30 minutes au frais, recouverte d’un linge. Donner deux nouveaux tours et observez le même temps de repos. Puis recommencez une dernière série de 2 tours. Le feuilletage sera donc composé de 6 tours. Laisser reposer la pâte plusieurs heures au frais avant l’utilisation.

Pour la frangipane : Mélangez tous les ingrédients ensemble. Pour faire votre galette, étalez un rond de pâte feuilletée de 25 cm environ et de 3 à 5 mm et étalez au centre la frangipane et déposez une fève. Puis recouvrez d’un deuxième rond de pâte aux mêmes dimensions que le premier et souder les bords ensemble avec un peu d’eau. Dorez au jaune d’œufs. Faire cuire 20 à 30 minutes à 180°C.

http://smlcookingsisters.wordpress.com

Aloha ! Le Poé tahitien à la banane (attention recette méchante …)

Chose promise la semaine dernière, chose due !

Voici donc la recette du Poé tahitien, plat typique de Noël s’il en est, hum…

Oui je sais c'est moche, mais c'est à tomber ! Tu peux aussi le présenter dans des verrines pour plus de classossité.

Pour réaliser cette recette qui remonte le moral et ensoleillera ton hiver tout gris, froid et pluvieux (oui le tien, car moi j’habite dans le sud donc je m’en tape mouahahaha = affreux rire diabolique ) il te faudra, comme la dernière fois (à chaque fois, c’est dingue !), des ingrédients.

Pour 6 personnes (oui je sais bien que tu n’as pas d’amis mais tu finiras le plat en regardant l’Amour est Aveugle comme une pauv’ fille que tu es, oh la la pourquoi est-elle si méchante ?! Parcequeeeeeeeeee !) :

Allé je rigole, je t’aime bien au fond, il te faut donc :
– 1,3 kg de bananes bien mûres (pas pourries mais presque)
– 1,5 litre d’eau
– 1/2 gousse de vanille
– 150 g de fécule de manioc, bon moi j’avais tout mis dans ma tarte au citron (pour ceux qui suivent) alors je suis allée chez Maimouna en acheter, sinon tu en trouveras ici
– 1 noix de beurre
– 100 g de sucre en poudre
– 20 cl de lait de coco en boîte
Cette recette se réalise sur un air de Ukulele bien sûr !
Bon, maintenant que tu es en conditions, laisse entrer l’esprit de Noël en toi (comment ça pas facile ?) et commence la préparation :
Mets les bananes épluchées (non pas avec l’éplucheur à pommes !) à cuire dans l’eau avec la vanille pendant 15 min.
Egoutte, laisse refroidir et passe au mixeur, ou écrase à la fourchette si comme moi (tu t’en doutes…) tu n’as pas de moulinette, sinon fais-le faire à poussin ça va l’éclater… Tu obtiendras ainsi une compote de banane qui sent déjà vachement bon !!! Mais résiste, ne la boulotte pas tout de suite, tu verras ça vaut le coup d’attendre…
Mélange la compote avec la fécule de manioc puis verse tout simplement dans un plat beurré de 3 à 4 cm (c’est la hauteur du plat hein, pas 4 centimètres de beurre !!!).
Dépose le tout au four pendant 30 minutes, thermostat 6 (180°).
Ensuite, découpe le poé, saupoudre-le de sucre en poudre et nappe de lait de coco.
Laisse tiédir ou refroidir (j’aime mieux bien froid), charge le replay sur l’Amour est Aveugle et déguste, plus c’est imbibé de lait de coco, plus c’est méga bon !
Voilà voilà, tu vas donc faire fureur lors de ton prochain dîner mondain, tu n’auras qu’à dire que c’est grâce à moi !
Tama’a maita’i les amis !

La tarte au citron Merengue !

alors alors ?

C’est le dessert que préfère mon abominable homme des neiges, et comme je suis la Partenaire de Pacte Civil de Solidarité idéale, j’ai décidé de lui faire une petite tarte sans prétention mais qui, je l’espère, lui donnera envie de m’espousailler.

Bon voici la recette, parce que je suis tellement modeste que j’ai oublié de te dire que je suis aussi le top du top des copines !

Il te faudra donc des ingrédients, oui c’est mieux :

Pour la pâte brisée :

– 200 g de farine, bon comme je n’en avais plus j’ai utilisé un vieux reste de farine de manioc qui traînait (avec laquelle je fais d’ailleurs un poé tahitien tellement bon que Geneviève de Fontenay poserait nue pour en avoir une part, je te donnerai la recette aussi). Par contre dans la tarte au citron ça donne un goût assez bizarre : « C’est moi ou c’est un peu salé ? Heu c’est toi… » Bref ça passe nickel, mais si t’as de la vraie farine, prends-la !
– 1 pincée de sel (si t’as mis du manioc comme moi, vas-y mollo sur le sel )
– 125 g de beurre à température ambiante, coupé en morceaux ( bien sûr si t’habites à Moscou, mets-le un coup au micro-ondes)
–  1 oeuf
– un peu d’eau froide

Si tu es une grosse feignasse, tu peux aussi acheter une pâte brisée toute faite, mais essaye de la froisser un peu sur les bords, pour que ça ne se voit pas, sinon c’est grillé et là, adieu ton beau mariage, c’est sûr !

Pour la garniture :

– 1/4 de litre d’eau tiède (oui elle est pleine d’eau ma recette je sais, c’est light comme ça)
– 30 g de Maïzena,  j’avais pas ça en stock donc j’ai aussi mis du manioc…
– 15 cl de jus de citron, comme j’en avais pas assez j’ai mis du Pulco, ni une ni deux j’t’embrouille.

Petite astuce gratos : si comme moi tu n’as pas de presse-agrumes, fais rouler le citron sur le plan de travail pour le rendre plus juteux, coupe-le en deux, plante une fourchette dedans et tourne en pressant (bon si t’as pas de fourchette je peux plus rien pour toi…)

– le zeste d’un citron, comme j’ai pas de râpe, j’ai utilisé mon économe pour faire les zestes : « ils sont un peu gros tes zestes non ? Ben c’est pour préserver les vitamines ! », tac géré.
– 100 g de sucre
– une pincée de sel
– 50 g de beurre mou, comme j’en avais pas….nan j’déconne !
– 3 jaunes d’oeufs battus

Pour le Merengue, clique ici   et prépare aussi :

– 3 blancs d’oeufs (c’est ceux qui vont avec les jaunes de tout à l’heure, pas con !!!)
– 100 g de sucre glace
– une pincée de sel (oui encore)

Allé, t’as tout mis tes ingrédients dans des petits pots pour faire joli comme à la télé, alors c’est parti ! ( laisse la musique c’est très important !)

Préchauffe le four à 180 ° et prépare ta pâte brisée : dans un saladier, fais un puits avec la farine et la pincée de sel, ajoute au centre le beurre mou et l’oeuf battu, ça fait un volcan ! Ensuite tu incorpores la farine vers le centre du volcan petit à petit en malaxant l’ensemble, tu peux y mettre les doigts, mais si vas-y j’te dis !

Si la pâte est trop sèche, ajoute un peu d’eau froide. Forme une boule avec la pâte et étale-là (si tu n’as pas de rouleau à pâtisserie, c’est la honte mais tu peux utiliser une bouteille remplie d’eau), étale donc la pâte sur une surface farinée puis garnis-en un moule à tarte.
Comme j’avais pas de moule de la bonne taille, j’ai utilisé ma poêle Tefal dont la queue est amovible (pratique, ils devraient faire pareil pour les chats ce serait plus facile pour les faire rentrer dans la cage quand tu vas chez le véto  !)  Pique avec une fourchette (non pas le chat !) recouvre de papier sulfurisé puis de haricots (moi j’ai pris les billes en argile de la plante du salon, lavées bien sûr ! Bah quoi, tout le monde n’a pas des haricots qui traînent dans ses placards !). Fais cuire la pâte 10 minutes, retire le papier et prolonge de 5 minutes.

Si tu as acheté une pâte toute faite, tu as déjà fini tout ça, bien sur, mais tu resteras  sûrement célibataire…

Pendant ce temps (c’est là qu’il faut pas se rater), mélange l’eau tiède à la maïzena dans une casserole, commence à faire chauffer puis ajoute le reste des ingrédients (seulement ceux de la garniture hein !) et laisse épaissir en remuant doucement avec un fouet (fais gaffe sinon ça devient vite tout pâteux, oui je sais ça sent le vécu…)
Verse cette crème sur le fond de tarte refroidie et baisse le four à 150 °.

Bats les blancs en neige avec la pincée de sel et à mi-parcours ajoute le sucre-glace.
Verse la neige sur ta tarte, enfourne 20 minutes environ jusqu’à ce que le dessus soit bien doré.

Sors la tarte du four en disant « Tada ! » et laisse-la refroidir.

Résultat :  une tarte au citron customisée qui fait son petit effet, même si j’attends toujours la bague !

Rom pomme pomme pomme

Alors, attention les yeux, ta Poulette préférée a  testé pour toi aujourd’hui…l’éplucheur, dépioteur, trancheur, de pommes !

J’ai reçu ce matin mon éplucheur « professionnel », rien que ça, je voulais donc te faire partager cet évènement mémorable puisque je suis sûre et certaine que tu vas être captivée !

Après avoir embrassé le facteur, j’ouvre mon colis, toute contente chouette chouette un cadeau ! (oui c’est moi qui l’ai commandé ben quoi ?!)

La boîte est belle alors que la photo sur le site était plutôt pas glop,  emballage noir et blanc assez classe…

Ensuite, la machine est plutôt sympa dans le style appareil de torture. Il n’y a qu’à visser le manche en bois de la manivelle et c’est prêt.

Bon, tout d’abord, en lisant la notice je n’ai absolument rien compris (hein quoi, oui je suis blonde et alors, je vois pas le rapport ?) J’ai donc décidé de faire comme mon homme devant un problème de mode d’emploi… je l’ai foutu en l’air et j’ai commencé à me servir de l’engin, « c’est pas un bout de ferraille qui va me résister « .

Premièrement, tu tires le manche et tu coinces la pomme dans les 3 piques puis tu tournes tout bêtement la manivelle… Je conseille tout de même d’enlever la queue de la pomme car sinon elle se coince et là c’est la boucherie, ça fait pleins de morceaux. Donc tu tournes, tu tournes et là , miracle !!! la pomme est d’abord épluchée, puis elle passe dans un trou qui lui enlève son trognon et – cerise sur le gâteau, c’est le pompon !!! – elle est même coupée en une magnifique spirale ! C’est cosmique j’te dis ! Tu n’as plus qu’à la montrer à tout le monde et dire que tu l’as fait à la main.

 

Les seuls points négatifs à mon humble avis, seraient le fait que la machine ne passe pas au lave-vaisselle, moi qui suis une grosse feignasse ça m’arrange pas, et aussi comme les lames sont à nu, il faut faire très attention à ne pas se couper, ce qui n’est pas ma spécialité, je vais sûrement m’éplucher dépioter trancher les doigts sous peu mais à nous les compotes, tartes et autres crumbles !